Ernest Pignon-Ernest : Du mur au livre à la BMVR

Écrit par JLL le 5 octobre 2016, dans la catégorie Expositions | Commenter

Au moment où l’exposition de l’église abbatiale de Saint-Pons s’achève, la bibliothèque Louis Nucéra prend le relais, selon le souhait de l’artiste, en ouvrant un pan de l’œuvre d’Ernest Pignon-Ernest,  sa collaboration avec les hommes et femmes de lettres.

Ernest Pignon-Ernest, depuis sa jeunesse, aime fréquenter écrivains, poètes, romanciers, philosophes et penseurs : plus d’une cinquantaine de ces auteurs, amis pour la plupart, l’ont honoré dans « Face aux murs » (Edition Delpire 2010). C’est ce long et intense compagnonnage que la bibliothèque se propose de révéler au public par une exposition rassemblant la série des 19 portraits de poètes dont les reproductions orneront le livre d’André Velter, Ceux de la poésie vécue, des ouvrages de bibliophilie ainsi que les livres de et sur l’artiste, en particulier  ceux illustrant tous ses combats depuis les années 70 et dont Ernest Pignon-Ernest a composé la couverture.

 

ernest-pignon-ernest-du-mur-au-livre-a-la-bmvr

 

Homme de l’image par excellence, Ernest Pignon-Ernest est aussi un homme de lettres à sa manière : s’il a laissé ses propres écrits dans l’ombre, depuis sa jeunesse, l’amour de la poésie est l’un des leviers de son élan créateur. Son œuvre la plus divulguée dans le monde reste son portrait de Rimbaud. Les murs de Santiago s’ornèrent de multiples reproductions de ce portrait de l’homme aux semelles de vent, incarnation de la jeunesse insurrectionnelle, et symbole de l’universalité de l’art de Pignon-Ernest. La longue pratique des textes des poètes disparus le prépara ainsi à rechercher la proximité des écrivains contemporains. Affinités électives ou liens amicaux se créèrent ainsi avec des personnalités d’Edmonde Charles-Roux à Laurent Gaudé, unis par le même amour inconditionnel de Naples à Fred Vargas via Régis Debray, Michel Onfray, Daniel Pennac, Hélène Cixous, Yves Peyré sans oublier le camarade de sa jeunesse niçoise, Daniel  Biga.

 

Tantôt, c’est l’œuvre plastique d’Ernest Pignon-Ernest et son environnement qui inspirent ces écrivains, tantôt l’artiste compose la première de couverture de leurs livres Avec certains de ces créateurs, Ernest Pignon-Ernest réalise de véritables partitions à quatre mains, livres d’artiste ou de bibliophilie.

L’un de ces poètes privilégiés n’est autre qu’André Velter, ami de longue date. Loin de ne faire qu’un travail d’illustrateur, Ernest Pignon-Ernest partage l’œuvre : l’image devient indissociable du texte : elle participe pleinement de la création.

 

Cette exposition donne un éclairage particulier aux nombreux liens unissant l’œuvre plastique de l’artiste, dépendante de son environnement et vouée à une rapide destruction et l’œuvre réalisée avec les écrivains, plus intimiste, moins visible, destinée à une lente délectation dans les bibliothèques privées ou publiques  et moins connue.

 

Ernest Pignon-Ernest

Du mur au livre de l’éphémère à l’éternité

1er octobre 2016 – 8 janvier 2017

Entrée libre

 

Bibliothèque Louis Nucéra

2, place Yves Klein – Nice

Mardi-mercredi  10h-19h

Jeudi-vendredi  14h-19h
Samedi 10h-18h

Dimanche 14h-18h

 

Partager :

Commentaires

Commenter.

Ajouter un commentaire